Archives: juillet 2016

1 juil 2016, Commentaires (23)

Déjà 6 mois…

Auteur: christelle

Oui, déjà 6 mois que j’ai négligé de  vous raconter la suite de nos aventures spiroutuelles… Nulle maladie ni aucun tremblement de terre ne vient justifier cela. Le seul séisme que nous ayons à affronter quotidiennement est bien la responsabilité de faire de beaux et bons livres, et de mener simultanément nos recherches pour La véritable histoire de Spirou.

Tout cela est déjà bien chronophage, et quand un beau matin, on nous appelle pour nous demander de rejoindre Jannin et les commissaires à l’exposition Gaston qui se tiendra à la BPI du centre Pompidou en décembre prochain, et de réaliser son catalogue, on manque de défaillir… La proposition est difficile à refuser, et le manque de temps n’est surtout pas une excuse. Alors on accepte, fidèle à la « Philosophie » de Moustaki : « Nous avons toute la vie pour nous amuser, nous aurons toute la mort pour nous reposer… »

Même si c’est une « vache de responsabilité », quel plaisir c’est ! Hormis la joie de travailler sur ce phénomène Gaston, ce travail, c’est le régal de travailler en amitié. Depuis 16 ans qu’on connaît Jannin, c’est la première fois que nous travaillons aussi étroitement ensemble. On mélange tout, la simplicité des échanges d’idées, l’amalgame de notre savoir et du sien, mais aussi le bonheur de savourer des glaces délicieuses chez son glacier Gaston (si ! si ! c’est vrai !) tout en se racontant… Et puis, cette mission ne ressemble pas à celles que nous avons déjà réalisées : un catalogue d’expo, une sélection d’œuvre, c’est pas La véritable histoire de Spirou ! Il faut remettre à plat tout notre savoir-faire, retourner le concept dans tous les sens pour trouver LA forme idéale, rassembler la matière puis, enfin, l’organiser et rédiger. Nous en sommes à cette dernière étape, la plus difficile car nous voulons ce catalogue comme un livre d’images, mais aussi raconter à travers elles l’histoire de Gaston. Parce que raconter des histoires, c’est bien ce qu’on préfère. Ca, vous le saviez…

Là, je me retrouve comme lors de l’écriture du premier tome de La véritable histoire de Spirou… Tout fonctionne, jusqu’au moment où ça coince. Et là, … grande dépression : désespoir, je n’y arriverai pas, etc. La seule solution est alors d’aller jardiner, nettoyer les carreaux ou trier les archives, n’importe quoi qui permet de continuer à penser au boulot sans se focaliser véritablement dessus. Histoire de se laver le cerveau pour mieux se reconditionner et remettre en question le plan établi, voire la forme… Tout en ne perdant pas de vue que si nous avons en charge la partie écrite, il faut toutefois que Jannin s’y retrouve dans les idées. Après, à charge pour lui d’affiner l’iconographie, de l’adapter au mieux au propos. Mais travailler ainsi, on n’a jamais fait ! Fichtre ! Que de doutes… « Fais confiance au métier », m’a dit Frank Pé. Quel métier ? C’est un métier, spiroulogue ????

Frank Pé… Tout un programme. Nous venons de boucler l’intégrale « Broussaille » qui sortira en octobre prochain, simultanément à son « Spirou ». Nous avons confié l’écriture de la préface à Jean-Pierre Abels, notre relecteur officieux chez Dupuis en affaires patrimoniales. Son texte est remarquable tant il réussit à contextualiser les débuts de Frank et de Bom dans le Journal de Spirou, qu’il connaît si bien. Et pour cause, à l’époque, il dirigeait l’imprimerie et il était en étroite collaboration avec l’éditorial. Dans cette intégrale, nous avons ajouté la totalité des « Papiers de Broussaille » et autres récits complets parus dans le journal. Soit 72 pages inédites en album ! On a hâte de tenir ce livre entre nos mains. Sans parler de tous ces projets à venir avec Frank qui se mettent tout doucettement sur pied…

Pendant ces six derniers mois, nous avons aussi suivi l’édition du second volume de « Bizu » à paraître en septembre. Chouette ! On y a publié Le grand désordre, cette histoire de 35 planches inachevée. C’est bien ça l’intérêt, entre autre, des Intégrales, non ?  Dans la foulée de « Bizu », nous avons programmé pour l’année prochaine la parution de l’intégrale « Crannibales », cette détonnante série que Fournier créa avec Zidrou dans les années 1990. En 2017, on célèbrera les 50 ans de BD de Fournier chez Spirou. C’est pas rien, hein ?

Et puis, pendant ces six derniers mois, nous avons aussi assuré le suivi éditorial de l’intégrale « Petits Hommes », à paraître en septembre également.

Et puis, là, maintenant, nous bouclons le premier volume de l’intégrale Lucky Luke, pour laquelle nous réalisons la préface et le suivi éditorial. Là encore, on a trouvé le moyen de placer quelques pages oubliées, voire inédites… Mais ce sujet là, je vous en parlerai plus en détail dans quelques jours.

Pendant ces six derniers mois, nous avons également fait une drôle de rencontre, dans un charmant village où vit une charmante femme répondant au doux nom de Nicole Karys… Mais là encore, voilà bien un sujet qui mérite un post à lui tout seul ! Faisons un jeu : dites-moi son rôle dans l’histoire de Spirou et je vous raconterai cette histoire !

Tout cela pendant ces six derniers mois, et bien d’autres choses encore… Parce que mettre sur pied de nouveaux projets, ça demande un temps fou. « Jojo » ou « Jess Long »en savent bien quelque chose, eux qui sont dans les tuyaux depuis quelques années déjà…

Avec tout cela, on a à peine le temps de savourer la parution du second tome de « Valhardi ». Pourtant, qu’est-ce qu’on a aimé le faire… 200 planches entièrement inédites, une iconographie d’enfer pour le dossier, un sujet terrible : le départ de Doisy, les débuts de Paape et l’arrivée de Delporte ! Grandiose, non ? Et toujours cette même période (1945-1950) que nous traitons sous tous les angles dans différents bouquins (La véritable histoire de Spirou, Spirou de Jijé, Valhardi 1…) et pour laquelle la principale difficulté est de ne pas se répéter, d’apporter des éléments nouveaux à chaque fois. On a remis le couvert avec l’intégrale « Lucky Luke », et on s’apprête à faire de même avec l’intégrale « Tif et Tondu »…

Qui a dit qu’on n’aimait pas la difficulté ?