Archives: novembre 2013

15 nov 2013, Commentaires (1)

Maurice Rosy

Auteur: christelle

Les plus consciencieux d’entre vous auront déjà noté sur leurs agendas l’hommage réservé à Maurice Rosy par la commune de Fontaine L’Evêque, près de Charleroi, où il a grandi.

C’est la semaine prochaine, du jeudi 21 au dimanche 24. Vous aurez seulement quatre jours pour découvrir « l’autre vie de Maurice Rosy », cet homme magnifique qui, avec Yvan Delporte, Charles Dupuis et Georges Troisfontaines, a fait l’âge d’or du Journal de Spirou. Ces quatre là, des Fab Four à leur manière, se complétaient merveilleusement. La personnalité extravagante d’Yvan Delporte a éclipsé celle des autres, plus discrets mais pas moins talentueux, et ce sera un long travail de fourmi que de faire connaître au plus grand nombre leur part active. Il faut dire qu’ils n’y ont pas vraiment mis du leur ! Jamais, au cours de nombreuses rencontres, Maurice Rosy n’a revendiqué quoi que ce soit. Pourtant, nous ne cessons de découvrir aujourd’hui encore l’étendue de son apport. Nous découvrons même, ahuris, que nous avions malencontreusement attribué certaines orientations artistiques à Delporte, alors qu’elles étaient l’oeuvre de Rosy !

Il avait commencé voici trois ans, sous l’impulsion de José-Louis Bocquet, éditeur chez Dupuis, de raconter ses mémoires, en dessin. Le livre est à paraître en avril prochain, simultanément à la parution de la reprise de son personnage, M. Choc, par Colman et Maltaite. Parce que Rosy, ce n’était pas seulement un visionnaire. C’était aussi un scénariste aux idées folles, et un étonnant graphiste, qui a continué à exercer son art bien après avoir quitté le monde de la bande dessinée, en 1972.

C’est justement sur cette période que nous allons intervenir, samedi, à 14 heures, lors d’une conférence que nous donnerons en son honneur. Conférence animée par notre ami Christian Jasmes. Nous allons vous donner à découvrir la deuxième partie de sa vie, de son oeuvre, vous raconter comment nous l’avons rencontré, un beau jour de juin 2002, et quel regard il portait sur son glorieux mais mystérieux apport à la bande dessinée. Grâce à Véronique Rosy, la « digne fille de son père », nous allons pouvoir vous montrer quelques-uns de ses dessins, les uns publiés lors de campagnes de pub, par exemple, ou d’autres qu’il faisait pour lui-même. Et des photos. Un panorama éphémère de son talent, qu’il faudra savourer sur place.

Avant cela, vous aurez pu entendre Hugues Dayez, jeudi soir à 20 heures, évoquer sa carrière au sein des éditions Dupuis. En deux rendez-vous, vous aurez ainsi un large panorama sur cet homme de l’ombre, qui s’y trouvait finalement bien.

Nous sommes très émus à l’idée de pouvoir publiquement lui rendre hommage. Et nous nous réjouissons car seront présents ses enfants, mais aussi certains dessinateurs du bureau de dessin et autre journaliste de Bonnes soirées et du Moustique, qui ont travaillé avec lui avant qu’il ne s’expatrie. C’était il y a 50 ans ! Tous ont conservé de lui un merveilleux souvenir, celui de la douceur de son sourire, à moins que ce ne soit la malice de ses yeux bleus, ou sa finesse…

Venez écouter ce que fut la belle vie de Maurice Rosy.

Spi.

http://fontaine-leveque.blogs.sudinfo.be/archive/2013/10/31/hommage-a-maurice-rosy-85620.html