Archives: janvier 2013

30 jan 2013, Commentaires (0)

pour les curieux…

Auteur: christelle

Bertrand et Pascal Forneri, c'était mardi soir dans Ouvert la nuit.

Bonsoir les amis,

Voici ci-dessous deux liens vers le site Express BD qui a bien voulu nous accorder un entretien. Une interview à laquelle j’ai pris beaucoup de plaisir à répondre ; Vivian Lecuivre a su y faire !

http://expressbd.fr/2013/01/23/christelle-pissavy-yvernault-auteure-avec-bertrand-pissavy-yvernault-de-la-veritable-histoire-de-spirou/

http://expressbd.fr/2013/01/29/christelle-pissavy-yvernault-auteure-avec-bertrand-pissavy-yvernault-du-dossier-de-presentation-de-spirou-par-rob-vel-l-integrale/

et pour ceux qui voudraient entendre ce que Bertrand a à dire, voici un autre lien :

http://www.franceinter.fr/reecouter-diffusions/435095

C’était mardi 29 janvier, dans Ouvert la nuit, émission de France Inter.

Pour ceux qui seront présents à Angoulême vendredi, à 19 heures à l’Espace Franquin, il y a une projection du documentaire de Pascal Forneri suivie d’une petite table ronde à laquelle nous participons. Entrée gratuite. Sourire exigé !

Amie partout toujours,

christelle

25 jan 2013, Commentaires (2)

je tiens mes promesses

Auteur: christelle

Je vous avais promis dernièrement de vous raconter de petites anecdotes autour de certains documents dévoilés dnas notre livre. Quelques jours sont passés depuis qu’il est paru ; les plus impatients l’ont déjà découvert… Je peux donc commencer !

En face de notre avant-propos, nous vous montrons la photo du modelage qui permit ensuite à Jijé de sculpter la si belle statuette de Spirou parue en 1942. Cette photo, nous l’avons découverte telle qu’elle vous est montrée sur la photo ci-dessus, soigneusement rangée par Paul Dupuis dans son agenda avec une image pieuse. Elle n’en avait pas bougé depuis 1942 ; sans doute nous attendait-elle… Quelle joie quand nous l’avons vue ! Spirou en vrai, venu de si loin… Son format original est très petit, aux alentours de 6 cm de côté. Cet agenda, je vous le rappelle, nous l’avons découvert en mai dernier, alors que nous avions entamé la rédaction du texte depuis plus d’un mois. Il nous restait 4 semaines seulement… C’était in extremis. En dernière minute, parce que sa propre fille trouvait dommage qu’il ne témoigne pas, Etienne Dupuis, fils de Paul, a accepté de nous rencontrer. Jusque-là, il ne voyait pas bien ce qu’il avait d’intéressant à dire ou à nous montrer. Mais sa fille a insisté, et elle a réussi. Merci Nao ! En allant chez lui, nous ne savions pas que son armoire à trésors nous révélerait l’existence de tous ces agendas, méticuleusement rangés dans une boite en plastique. Ils sont pour nous une source inépuisable de renseignements aussi fiables que possible. Le plus amusant, c’est que pour ses enfants, ces agendas étaient très mystérieux ; ils leur manquait les clés pour décoder les enjeux des rendez-vous, de noms, etc…  Mais l’inverse se vérifie aussi puisque bon nombre de fois ils nous ont renseigné sur certains noms… Un vrai travail d’équipe !

Pour revenir à cette photo, j’ajouterai que je l’aime vraiment beaucoup. Plus fort qu’un dessin, une photo d’un Spirou en 3D. Quoi de mieux pour symboliser la Véritable histoire de Spirou ?!

A très bientôt,

Christelle

16 jan 2013, Commentaires (6)

J-2

Auteur: christelle

Bien, à voir comment à gauche et à droite, les commentaires affluent,  je crois que maintenant, vous avez une petite idée de notre Véritable histoire de Spirou. Tout ceci est très réjouissant, évidemment. La presse nous déroule un beau tapis aux couleurs de Spirou et nous nous sentons comme les porte-paroles de ce cher Espiègle et de tout ceux qui se sont jusque-là tenus dans l’ombre. Vous n’imaginez  pas comme c’est émouvant de les voir revivre. Plus qu’une réhabilitation, il s’agit de les rétablir dans l’Histoire ; et voir apparaître ces photos de Jean Dupuis, par exemple, alors que jusque-là chacun l’avait soigneusement oublié, c’est une sacrée récompense. Rendez-vous compte, quand même, que cet homme qui n’avait pas fait d’études, a monté une imprimerie qui a employé jusqu’à 2000 personnes, et surtout, qu’il a créé trois très grands magazines : Bonnes soirées, Le Moustique (qui existe encore aujourd’hui, 90 ans plus tard, sous le nom de Télémoustique !) et le petit dernier, le Journal de Spirou. Voilà un palmarès qui donne envie d’en savoir plus sur lui, non ?

Mais dans toute cette effervescence médiatique, il y en a un qui, une fois encore, passe à l’arrière-plan. Je veux parler de Rob-Vel. DLa Véritable histoire de Spirou par-ci, La Véritable histoire de Spirou par-là… on est ravis, heureux, mais on parle peu du coup de l’intégrale Rob-Vel qui paraît elle aussi vendredi. C’est vraiment un très beau livre qui permet enfin de découvrir le Spirou de Rob-Vel. Et puis, nous avons particulièrement soigné le dossier qui comporte des dessins inédits de Rob-Vel absolument magnifiques. Du Rob-Vel comme vous n’en avez jamais vus, comme nous n’en avions jamais vus non plus avant qu’ils ne nous tombent dessus ; nous ne sommes pas plus malins que vous !

C’est vrai que ces deux livres représentent un coût non négligeable, mais sincèrement, ne passez pas à côté de cette intégrale. Elle n’est pas un résumé de notre Véritable histoire de Spirou ; elle est riche d’un récit qui lui est propre et ce serait dommage de la considérer avec moins d’intérêt. Elle mérite plus que ça.

Voilà, c’est dit.

Je précise que nous ne touchons aucun droit sur cette intégrale.

Allez, plus que deux nuits dormir avant la sortie…

Amie, partout, toujours,

Spirouette

7 jan 2013, Commentaires (0)

J-10

Auteur: christelle

A l’heure qu’il est, quelques personnes ont déjà eu à lire notre Véritable histoire de Spirou - huit heures de lecture paraît-il. J’en ai vu un exemplaire chez un de ces privilégiés, posé sur une table…  A  ce moment-là, j’ai réalisé qu’il avait commencé à vivre sa vie… Sensation étrange.

Nous avons également commencé à recevoir des impressions de lecture. Nos témoins privilégiés qui, de parti pris, bien sûr, nous ont dit tout le bien qu’ils en pensaient. Sensation inouïe.

Quelques rendez-vous avec la presse se profilent, des conférences aussi. On pourrait presque se croire importants. Sensation dangereuse.

Le plus simple, c’est de continuer nos recherches et là, j’avoue que ces derniers jours, notre pêche a été très fructueuse.

La suite de la lecture très méticuleuse des agendas de Paul Dupuis nous a permis d’identifier ce fameux inconnu qui pose sur une photo avec Jean Doisy, en 1950. Depuis trois ans, personne n’était capable de nous dire qui il était. Sa belle-fille a su juste nous dire qu’il avait causé des ennuis à Doisy. Et maintenant, nous sommes en mesure de vous dire qu’il s’agit tout simplement du major Kreft. Ni plus ni moins. Trop fort, non ? Certains se demandent peut-être encore qui est ce personnage. Lisez notre livre et vous comprendrez quel genre de problèmes cet officier Allemand a pu causer. C’est à lui que nous devons l’interruption du journal pendant la guerre, à moins que ce ne soit l’inverse… Les titres et les apparences sont trompeuses, la véritable histoire de Spirou le démontre plus d’une fois. Et puis, ces mêmes agendas de Paul Dupuis nous ont offert son état civil complet ainsi que son adresse, en Allemagne. Il avait environ 40 ans pendant la guerre, il est donc mort. Mais peut-être parviendrons-nous à retrouver sa famille… Si j’avais su, j’aurais été plus assidue au cours d’Allemand.  Par chance, notre histoire se termine en 1946. Nous pourrons donc tout-à-fait exploiter ce document dans le tome 2. Soyez patients…

A propos du tome 2, un courrier daté du 26 octobre 1946 nous est arrivé comme par miracle par mail, samedi après-midi, et à lui seul, il a achevé de nous convaincre que nous devions traiter dès les premières pages la contrariété que fut pour Dupuis l’arrivée du journal Tintin. A la fois d’un point de vue commercial mais aussi d’un point de vue idéologique.  Dans le tome 1, nous vous racontons comment les Dupuis brothers refusèrent à Hergé d’entrer dans l’équipe de Spirou en 1945. Dans le tome 2, nous approfondirons le sujet et ses conséquences. Nous commençons à réunir la documentation et à contacter quelques personnes susceptibles d’apporter un témoignage ou une analyse. Là encore, nous restons dans la chronologie du récit et tout est logique, ça s’enchaîne bien. Tant mieux.

En revanche, ce qui ne s’enchaîne pas du tout, mais absolument pas du tout, c’est le témoignage de cette femme que nous avons découverte mercredi dernier et qui a travaillé chez Dupuis entre 1942 et 1947, c’est-à-dire exactement en pleine guerre. Elle devait avoir entre 15 et 20 ans à cette époque-là… Et son témoignage arrive trop tard pour étoffer notre premier tome. Le pire, c’est que nous connaissons son petit-fils depuis un bon bout de temps : il travaille à la rédaction de Spirou ! Il n’avait jamais pensé à nous le dire, ni même que cela nous intéresserait… Ah la fripouille ! C’est comme ça.

C’est pour l’instant notre premier rendez-vous manqué. On appréhende les suivants…

Quand notre livre sera paru (encore 10 jours), je vais vous raconter quelques petites anecdotes relatives à certains documents qui y sont représentés. Ils ont pour la plupart une histoire bien particulière et pourquoi ne pas les partager avec vous. Ce sera une sorte de « off ». Rien que pour vous !

N’oubliez pas qu’Inedispirou présente chaque lundi de nouveaux extraits de notre livre.

Les pages proposées sur Amazon ne me paraissent absolument pas représentatives du texte puisqu’il s’agit du prologue… Drôle d’idée. Ca donne une impression fausse. Rien ne vaut de toute façon de vrais libraires. Et si vous voulez qu’ils continuent à exister et vous apporter un vrai service professionnel, de grâce, si vous devez acheter notre livre, faîtes-le dans un vrai magasin. Ni Amazon, ni la Fnac… Je vous dis ça car, depuis 25 ans, je suis libraire. Je sais donc bien de quoi je parle… Et sans le réseau des librairies pour assurer la communication autour de notre livre, pas sûr qu’il aurait été édité.

Bon, je dis ça mais bien évidemment, vous faîtes comme vous voulez !

Amie, partout, toujours.

Christelle

PS : vendredi prochain, diffusion de Spirou, l’aventure héroïque, le documentaire de Pascal Forneri à la RTB, vers 22h30. Vous pourrez m’y voir me faisant les ongles pendant que Bertrand fait l’article. Le pire, c’est que c’est vrai… Merci de ne pas rire.