Archives: novembre 2011

28 nov 2011, Commentaires (5)

Tonnerre de Brest, silence !

Auteur: christelle

Bonjour à tous,

« Tonnerre de Brest, silence ! » est le titre d’un documentaire sur la bande dessinée au menu duquel des interviews de Tibet, Paape, Charlier, Walthéry, J.Martin, Rob-Vel, Jacobs, Vandersteen, Bob De Moor, Sleen, Morris, Sirius, Pol Vandromme, B.Peeters, Michel Serres, Hergé.

l'affiche de "Tonnerre de Brest, silence !"

Nous sommes à la recherche d’une copie en bon état, et même très bon état, de ce film tourné en 1984 par Zaninetta et Didier Bastin. L’un de vous pourrait-il nous aider ?

On ne veut délaisser aucune piste et la semaine dernière, une fois de plus, nous avons retrouvé une pièce du puzzle de Spirou dans une interview de Rob-Vel publiée dans la première édition du livre « Histoire de Spirou et des publications
Dupuis » paru chez Glénat en 1975. Une pièce qui nous permettra d’étayer une de nos remises en question à propos de l’histoire de Spirou.

On a bien compris que certains d’entre vous restaient pensifs sur le côté iconoclaste de nos recherches, craignant une opération de com’. Autant dire que la com’, on n’y est pas encore. Mais je me rends compte à l’instant que plutôt que « découverte », je devrais à l’avenir parler de « remise en question ». Je vous rappelle la base de notre ouvrage : rechercher là où elles sont les différentes informations. Certaines d’entre elles sont connues, méconnues ou étonnament peu connues, d’autres sont très largement erronées (comme la vente de Fantasio en 1948 et toutes les suppositions qui en découlent) et c’est l’assemblage de toutes ces pièces qui est spectaculaire. L’ensemble offre du coup une lecture très différente de celle qui nous a été donnée à lire jusque-là et remet en perspective toutes nos croyances et nos idées reçues.

Ce n’est pas pour rien que le titre de notre ouvrage a récemment été changé en « La Véritable histoire de Spirou« . Exit Spirou anthology, finalement trop peu représentatif du contenu de notre livre. Et si certains d’entre vous n’y découvrent pas grand-chose, qu’ils sachent alors qu’ils seront des connaisseurs privilégiés puisque, comme vous le savez, certains de nos témoins n’ont jamais été interrogés par qui que ce soit – leurs informations étant restées jusque-là dans un contexte strictement familial.

Quoi qu’il en soit, je dois corriger une information écrite dans mon précédent blog ; il fallait y lire que Rob-Vel n’a pas été le seul créateur à Spirou et qu’il ne l’a pas dessiné autant qu’on le croit. »

Voilà.

N’oubliez pas notre recherche, Tonnerre de Brest, silence !

Spirouette

Hier, nous fêtions nos deux années de travail sur notre opus magnum, comme on peut l’appeler désormais. Opus magnum car depuis quelques jours, nous avons décidé conjointement avec Dupuis que si le premier volume sortirai bien en avril 2013, le troisième et dernier serait, lui, repoussé à avril 2018, au lieu de 2015. Pourquoi ? De notre côté, nous gagnons trois ans de délai dans le traitement des deux tomes suivants, ce qui n’est pas rien puisqu’entre chaque tome, initialement, nous n’avions que six mois de mise en place du texte puis six mois de mise en page. Autant dire que c’était très peu, trop peu. Du point de vue de l’éditeur, une sortie du dernier tome en 2018 lui permettra de miser sur cette parution pour les… 80 ans de Spirou ! Chacun y trouve son compte dans cette affaire, Spirou y compris.

Sauf que cette histoire va, en tout, monopoliser notre énergie pendant tout juste neuf années, en lieu et place des trois initialement prévues… D’où, désormais, cette nouvelle appelation d’opus magnum, ou grand oeuvre. Ce qui n’est pas à démontrer, loin s’en faut. Ce qui n’est pas à démontrer non plus, c’est de voir combien, une fois encore, le sujet nous a dépassé pour nous emmener dans une aventure humaine des plus inattendues. Alors que nous pensions le sujet très factuel – des faits et rien que des faits – on se retrouve au coeur de rencontres et de dérives introspectives qui ne nous laissent évidemment pas indemnes. Derrière les faits, il y a eu des hommes aux destins exceptionnels qui offrent un enseignement inoui à qui veut bien s’ouvrir à eux. Les vies passionnantes de ces hommes fascinants…

Aujourd’hui, après deux années intenses de recherches, le bilan est lourd. On vous promet une histoire de Spirou absolument iconoclaste où l’on vous racontera, par le menu, que Spirou n’a pas été créé que par rob-Vel, que ce dernier ne l’a pas dessiné et que Jijé n’a pas créé Fantasio, que Davine ne s’appelait pas Blanche, que Spirou a fait de la Résistance et que Charles Dupuis n’a pas créé le Journal de Spirou. J’en oublie peut-être mais déjà, à ce stade-ci, c’est un gros paquet d’idées reçues qui va s’écrouler. Il nous arrive parfois, au détour de l’une ou l’autre rencontre, d’évoquer notre projet, de résumer nos recherches et chaque fois nous peaufinons notre analyse au point que nous nous surprenons à affirmer ce que d’aucun pourrai prendre pour pure fantaisie… Nous mêmes, nous pourrions croire tout ceci très farfelu si nous n’étions pas certains de ce que nous avançons. Dernièrement, nous avons été invités à témoigner dans le documentaire sur Spirou que tourne actuellement Pascal Forneri. Tout en avançant nos connaissances, une petite voix me disait que ce discours là était bien singulier… et que dans le texte, il va nous falloir vous convaincre de la pertinence de notre ressenti !

Ce qui est amusant, c’est de voir que notre démarche est visiblement dans l’air du temps. Bertrand lit actuellement un ouvrage sur les Beatles dans lequel l’auteur s’est attaché à remettre à plat toutes les croyances autour de ce mythe, à vérifier certains propos de John, Paul, Georges ou Ringo, et qu’il y a trouvé parfois des invraisemblances. Et, sur la base de ces vérifications, l’auteur a fait sur les Beatles ce que nous faisons sur Spirou, c’est-à-dire proposer une nouvelle version à l’histoire déjà connue. Amusant, non ?

En tout cas, nous sommes très curieux de commencer le montage des chapitres, deuxième acte prévu dans moins de deux mois et qui prendra fin six mois plus tard, lorsque le maquettiste entrera en scène pour le troisième et dernier acte… Evidemment, nous ne sommes pas prêts : il nous reste encore trop de rencontres à retranscrire et encore l’une ou l’autre à mettre sur pied. Pourtant, on n’a pas lésiné sur les déplacements depuis la rentrée : 4 séjours à Bruxelles en moins de deux mois, un record épuisant. Mais nul doute que nous allons être dans les clous pour une sortie en avril 2013. On n’a jamais rendu un texte en retard et ce n’est pas celui-ci qui va changer nos habitudes !

Allez, c’est la dernière ligne droite. Dans huit mois, on prendra des vacances !

A bientôt, portez-vous bien…

Spirouette.