Archives: octobre 2010

24 oct 2010, Commentaires (3)

Flûte alors !

Auteur: christelle

Quelques nouvelles de notre Flûte de l’oubli :

La semaine dernière, Bertrand a eu une illumination et pendant un temps, on a bien crû qu’on avait réussi à retrouver le manuscrit. Mais c’était sans compter sur la malédiction qui semble s’être abattue sur lui.

En fait, à aucun moment, curieusement, nous ne nous étions adressés au CBBD dans nos recherches. Immédiatement, nous réparons l’erreur… et tout aussi immédiatement nous recevons une réponse de JC de la Royère nous disant qu’ils possèdent ce document ! De mémoire, 70 pages, reliure jaune-orange… il met la recherche en route… et quelques jours plus tard, la réponse arrive : il confirme qu’ils ont bien l’objet dans leurs archives (il se souvient l’avoir eu en main) mais hélas, trois fois hélas, il n’a pas été référencé. Oubli de l’archiviste de l’époque chargé de classifier l’intégralité des documents remis par Yael Delporte au décès de son papa. Celui-ci est passé au travers…

Notre flûte de l’oubli est bien dans les archives du CBBD mais ils ne savent pas où, perdu sans doute entre deux dossiers, parmi des milliers d’autres, à une place qui n’est pas la sienne…

Quelle misère !

15 oct 2010, Commentaires (2)

Vive la Poste

Auteur: christelle

Cette semaine, notre factrice préférée nous a apporté des documents, que dis-je ?! des trésors.

Le premier, c’est l’enregistrement de deux interviews inédits de Roba et Delporte réalisées par un de nos contacts  expressément sur Spirou ! A l’époque, il comptait faire un ouvrage sur Spirou (Tiens ! Tiens !) mais d’autres projets lui sont tombés dessus et celui-ci est passé à la trappe. Apprenant cela, et n’ayant rien à perdre, nous lui avons demandé s’il acceptait de nous faire partager son travail. Et il a accepté. Formidable, non ? Les deux témoins étant décédés, nos archives étant assez pauvres sur le sujet, ces enregistrements sont donc tout à fait providentiels. Malgré nos longs entretiens avec Yvan Delporte, nous avons en définitive peu abordé Spirou himself. Ca, c’est un vrai beau cadeau qui va vivement enrichir notre texte. Nous allons écouter cela religieusement, comme vous l’imaginez.

Le second document exceptionnel nous vient de M. Archives, Thierry Martens pour les intimes. Il y a quelque années, nous explique-t-il dans son courrier, il a compulsé avec minutie toutes les archives du Moustique et des Bonnes Soirées et il en a rédigé un long référentiel. Depuis, il n’en a rien fait et nous offre donc de pouvoir profiter de son travail. Or, devinant que ces journaux étaient plein de matériel qui nous servirait, nous devions justement aller aux Archives de Dupuis. Cela nous aurait pris plusieurs jours d’un temps qui nous est précieux. Non seulement ce travail n’est plus à faire, mais en plus, il a été réalisé avec tout le sérieux de M. Archives… C’est là encore un cadeau formidable pour l’avancée de nos travaux.

Sur la tabe de la salle à manger où notre documentation sur Spirou cohabite avec le catalogue Playmobil des enfants...

Quand on vous dit que notre projet est accueilli avec beaucoup de bienveillance, ça n’est pas exagéré.

Même si nous travaillons d’arrache-pied sur ce projet, menant de front des contacts par dizaines, dénichant des informations, des témoins ou des documents à la force de notre ténacité, il n’empêche que dans les coulisses, la production est artisanale. Nous travaillons à la maison, en plus de nos métiers respectifs et d’un quotidien familial bien rempli. Comme en témoigne les photos ci-jointes. Ces retours sur notre travail sont donc très stimulant. Et appréciés. Nous vivons cela comme une chance formidable et vous pouvez être certains que demain après-midi, quand nous serons chez Uderzo pour l’écouter nous parler de son ami Franquin et de Spirou, nous n’en perdrons pas une miette ! Nous allons en revenir avec des étoiles plein les mirettes…

A très bientôt,

vos ADS !

8 oct 2010, Commentaires (2)

Joyeux anniversaire Fantasio !

Auteur: christelle

En tout cas, c’est ce que nous pourrons faire très bientôt car, à force d’éplucher minutieusement, et dans tous les sens, les documents que nous avons en notre possession, nous avons fini par découvrir quelques renseignements précieux. Et parmi eux… la date de naissance de fantasio ! Oui, nous sommes parvenus à dater sa toute première apparition. Pas sous le crayon de Jijé, trop facile… nous parlons du VRAI premier Fantasio, celui d’André Moons et Jean Doisy. Il était brun, avec une mèche blanche… En fait, parallèlement à la recherche de témoignages, nous effectuons tout un travail de chronologie qui nous aide à mettre en perspective les évènements, mais surtout, à pouvoir démêler le vrai du faux dans ce qu’on nous croyons savoir, ou bien ce qu’on nous dit. Cela donne une base solide à notre travail, une sorte de colonne vertébrale qui nous servira ensuite pour le déroulé de l’histoire.

Bon, en revanche, toujours pas de nouvelles de la marionnette de Fantasio. Saperlipopette ! La piste du collectionneur à Lille a fait chou blanc. Il nous a envoyé les photos des marionnettes qu’il a achetées à André Moons et Fantasio n’y figure pas… Nous allons tenter de convaincre des journalistes  de diffuser la photo. L’expérience nous a montré que tout pouvait, à un moment ou un autre, porter ses fruits.

Pour l’heure, nous sommes à fond dans le dossier Farfadet qui, nous le savons maintenant, est un épisode important dans la bio de Spirou. On s’attache à établir la chronologie du Farfadet, soit exactement la période 1942-1946. Nous pensions tous Spirou en sommeil à cette époque (« je dors mais mon coeur veille… »), or, il n’en était rien ; il était une vedette de music-hall pour enfants et a fait le ravissement de dizaines de milliers de spectateurs. Sacré Spirou !

A très bientôt,

ch.